Giacomo Leopardi

LEOPARDI 1

(1798-1837)

Giacomo Leopardi est né en 1798 à Recanati, dans les Marches (États Pontificaux). Son père, le comte Monaldo est un homme pétri d’érudition et de tradition. Sa mère est froide et autoritaire. L’année suivante naît Carlo, qui sera son « confident universel ».

Giacomo se passionne pour l’étude. Un prêtre alsacien ayant fui la Révolution française Joseph Vogel, philologue de haut niveau, l’incite à apprendre le grec, l’hébreu, l’anglais et l’espagnol.

À seize ans, il rédige son Discours sur l’état actuel des mœurs des Italiens. Dans le même temps, il ne cesse de traduire du grec et du latin. Ses recherches philologiques attirent l’attention des lettrés mais, de constitution fragile, ses excès de travail ont ruiné sa santé.

En 1817, il fait la connaissance du critique Pietro Giordani, qui devient son mentor littéraire, et commence à rédiger son Zibaldone. En 1819, il tente d’organiser son départ de Recanati, mais son père découvre le projet et il doit renoncer.

En 1822 son oncle obtient l’autorisation de l’emmener à Rome. Sans cesser de revenir à Recanati, il fait de longs séjours à Milan, Bologne puis Florence où il fait la connaissance d’Antonio Ranieri, jeune écrivain napolitain qui devient son ami le plus proche.

Ce n’est qu’en 1830 qu’il quitte définitivement le palais familial. En avril 1831 une nouvelle édition des Canti reçoit un accueil très réservé. Sa santé se dégradant, Leopardi s’installe en 1833 à Naples auprès de Ranieri.

Durant l’été 1836 il séjourne au pied du Vésuve où il écrit ses derniers grands poèmes.

Il meurt à Naples en 1837 à l’âge de 39 ans.

OUVRAGES PUBLIÉS AUX ÉDITIONS ARFUYEN

Ainsi parlait Giacomo Leopardi