Marie Jaëll

1278 Jaëll

(1846-1825)

Marie Trautmann est née en 1846, à Steinseltz (Bas-Rhin).

Enfant prodige du piano, elle donne ses premiers concerts à neuf ans et joue à Londres en 1857 devant la reine Victoria.

En 1862, elle emporte le premier prix du Conservatoire de Paris. En 1866, elle rencontre le pianiste Alfred Jaëll, né à Trieste, et l’épouse. Ils donnent ensemble des concerts dans toute l’Europe.

Elle poursuit sa formation avec César Franck et Saint-Saëns et commence à composer. Liszt fait éditer ses Valses à quatre mains, qu’il joue avec Saint-Saëns à Bayreuth.

Après la guerre de 1870, elle renonce à sa carrière en Allemagne et décide de vivre à Paris.

Après la mort de son mari, elle fait de longs séjours auprès de Liszt à Weimar (1883-1885). Liszt lui dédie sa Troisième Valse de Méphisto.

Elle est en 1887 la première femme admise à la Société nationale des Compositeurs de Musique de Paris. Elle élabore une nouvelle méthode de piano et forme de nombreux élèves.

Passionnée par la relation entre le cerveau et la main, elle se lie avec Charles Féré, médecin disciple de Charcot, et suit à la Sorbonne des cours de physique, botanique et biologie.

Après la mort de Féré (1907), elle se replie dans son atelier parisien. Elle y a notamment pour élèves Albert Schweitzer et Catherine Pozzi.

Elle meurt à Paris en février 1925.

OUVRAGES PUBLIÉS AUX ÉDITIONS ARFUYEN 

Je suis un mauvais garçon. Journal d’une exploratrice des rythmes et des sons.