Gérard BOCHOLIER

JD500001.JPG

Co-fondateur de la revue Arpa, il la dirige depuis 1984. Critique littéraire, certains de ses articles ont été réunis en 2003 dans le volume Les ombrages fabuleux. Il a publié deux essais sur Pierre Reverdy, le phare obscur (Champ Vallon, 1984) et Baudelaire en toutes lettres (Bordas, 1993). Il a également présenté les œuvres complètes du grand poète de Suisse romande Anne Perrier (1996) et de Béatrice Douvre (1998).

Mais surtout il est l’auteur d’une vingtaine de livres de poésie, dont huit ont paru chez Rougerie. On se bornera à citer : L’Ordre du silence (Chambelland, 1975), Poussière ardente (Rougerie, 1987), Secret des lieux (Rougerie, 1990), Un chardon de bleu pur (Table Rase, 1992), Terre prochaine (Rougerie, 1992), Le Village et les ombres (L’Arbre, 1998), Du feu jeté (L’Arrière-Pays, 2004), Le démuni (Tarabuste, 2004).

Né en 1947 à Clermont-Ferrand, Gérard Bocholier y a fait ses études. Originaire d’une famille de vignerons de la Limagne et franc-comtois par sa famille maternelle, il a passé son enfance et son adolescence dans un village, Monton, que les poèmes en prose du Village et les ombres évoquent avec ses habitants.

La lecture de Pierre Reverdy détermine en grande partie sa vocation. En 1971, Marcel Arland, directeur de la Nouvelle Revue Française, lui remet le prix Paul Valéry, réservé à un poète étudiant.

Il a enseigné la littérature française en classe de lettres supérieures à Clermont-Ferrand.

Ses livres ont remporté de nombreux prix : prix Voronca en 1978, prix Louis Guillaume en 1987, Grand Prix de poésie pour la jeunesse en 1991, prix Paul Verlaine pour l’ensemble de son œuvre en 1994.

OUVRAGES PUBLIÉS AUX ÉDITIONS ARFUYEN

La Venue

Belles saisons obscures