Ainsi parlait Léonard de Vinci

Traduit de l’italien et présenté par Louis Gehres – BILINGUE.

Léonard de Vinci est mort au Clos-Lucé, la maison d’enfance de François 1er, en 1519. Cette approche très nouvelle de Léonard, qui fait découvrir l’audace et la modernité de sa pensée sur le monde et sur l’homme, marque excellemment le cinquième centenaire de la mort de cet homme, certainement le plus admiré au monde. Célèbre par la Joconde, par le Da Vinci Code, par le tableau le plus cher au monde (le Salvator Mundi, vendu 450 millions de dollars en 2017), par ses géniales inventions…, Léonard reste en même temps une énigme.

Le plus grand peintre de toute l’histoire ? Oui, mais il n’a laissé que vingt peintures dont plusieurs encore inachevés ou d’attribution incertaine ! Le plus grand ingénieur et inventeur de tous les temps ? Mais il n’a réalisé aucun de ses projets, et il n’en est en réalité aucun qui n’ait été conçu avant lui ! Le plus grand érudit de la Renaissance ? Mais c’était un autodidacte qui ne connaissait ni le grec ni le latin et n’a cessé toute sa vie de combler ses lacunes ! Le plus génial organisateur de fêtes, précurseur des Lully et Philippe Decouflé ? Assurément, on l’oublie trop, ce fut sa plus grande gloire, mais de ses grands automates et ses décors fastueux il ne nous est rien resté !

Alors, où est la vraie grandeur de Léonard ? Il est surtout, on l’oublie toujours, un authentique écrivain-philosophe, qui a laissé une masse énorme de manuscrits véritables fondements de son œuvre. François Ier, qui le considérait comme un père, ne s’y est pas trompé : « Il n’y a jamais eu au monde homme si savant, non seulement sculpteur, peintre et architecte, mais surtout grand philosophe. » Nietzsche et Valéry ont vu en lui le modèle d’une pensée libre et lucide. Karl Jaspers lui a consacré tout un livre : Léonard de Vinci philosophe.

Léonard n’a pas laissé de traité, mais 13000 pages de manuscrits et des fragments dont l’édition fait plus de 1000 pages. C’est de cet énorme ensemble que sont extraits ici les fragments de ce Léonard philosophe, présentés pour la première fois en édition bilingue.Les fragments ont été choisis et traduits par Louis Gehres, auteur du Ainsi parlait Sénèque (2015).

Coll. Ainsi parlait – 176 pages – 2019 – ISBN 978-2-845-90281-7 – 14 €