Ainsi parlait Blaise Pascal

Pascal est un génie précoce à la manière de Mozart, universel à la manière d’Einstein, charismatique à la manière de Stephen Hawking. Ses fameuses Pensées sont une œuvre d’une puissance inégalée : le « nez de Cléopâtre », le « roseau pensant », les « deux infinis », le « pari », le « divertissement », autant de thèmes qui sont passés de cette œuvre dans le domaine public. Ses Lettres, ses écrits polémiques, les préfaces de ses traités scientifiques, qui pourtant les connaît ? Qui connaît l’homme, généreux, angoissé, libre ?

Spécialiste de Pascal, traducteur de l’hébreu (notamment Rachel chez Arfuyen) et du grec, Bernard Grasset nous guide dans cette œuvre diverse et fascinante.  « Pascal, écrit Bernard Grasset, un scientifique devenu mystique, un contempteur des philosophes et des poètes devenu maître de sagesse et artiste souverain du langage. Chez lui tout nous étonne et nous fascine, tout nous conduit hors des sentiers convenus. »

Pascal est une des figures les plus originales et géniales de la littérature française. Ses Pensées sont parmi les textes les plus cités, souvent de travers. Mais qui connaît ses autres écrits : ses lettres mais aussi ses textes scientifiques, spirituels, philosophiques ou polémiques ?

Selon l’esprit de la collection Ainsi parlait, ce petit ouvrage vise à faire découvrir de manière facile et agréable l’ensemble des facettes de ce véritable météore de la littérature.

Un homme moderne par son esprit profondément scientifique et par ses angoisses existentielles. Héritier de Montaigne et précurseur de Leopardi, Nietzsche ou Kierkegard, Pascal a une place essentielle dans la pensée européenne.

Son écriture est unique par son intensité, sa limpidité et son élégance. Homme de contrastes, Pascal allie une extrême intelligence avec une vive sensibilité, raison et émotion, esprit de géométrie et esprit de finesse.

Volontaire, esprit indépendant, il témoigna d’une longue patience dans la souffrance. Savant mathématicien, il garde le sens pratique, reste attentif au concret. Son aventure intellectuelle et spirituelle nous touche par sa liberté, sa fulgurance et son incandescence.

          Coll. Ainsi parlait – 176 p – 2020 –  978-2-845-90298-5 – 14 €

R. Mordechai Joseph Leiner (1801-1854). La liberté hassidique

La collection Les Carnets spirituels a lancé en 2011 avec Catherine Chalier une série consacrée aux maîtres du hassidisme : Kalonymus Shapiro, rabbin au Ghetto de Varsovie (1889-1943), le Maggid de Mezeritch (1704-1772), Le Rabbi de Kotzk (1787-1859), Rabbi Chmuel Bornstein (1856-1926).

Ce 5e volume est consacré à Rabbi Mordechai Joseph Leiner (1856-1926), qui fut un temps disciple du fameux Rabbi de Kotzk. 

Rabbi Leiner est, dit-on, celui qui a le mieux compris la spiritualité du Baal Chem Tov (1698-1760), fondateur du hassidisme. Sa méditation est centre sur le problème de la violence et du libre-arbitre. D’où le sous-titre : La Liberté hassidique.

Son livre unique, Les Eaux de Siloé, écrit en hébreu, recueille les homélies qu’il a prononcées en Yiddich.  Catherine Chalier, grande spécialiste de la tradition hassidique, en donne une traduction et une présentation lumineuses.

Comme le Baal Chem Tov, fondateur du hassidisme, un siècle avant lui, Rabbi Leiner cherche à penser comment l’âme humaine peut parvenir à se réconcilier avec sa source divine. C’est pour lui l’essentiel face à la violence qui prévaut en ce monde.

Son livre, dont certains jugèrent les audaces  hérétiques, est le premier livre hassidique publié sans les approbations traditionnelles. De quel ordre est la rivalité entre les deux fils de Jacob, Juda et Joseph ? Juda, porte une pure grâce à la « racine de sa vie » : il reçoit la révélation de toujours « regarder vers l’Éternel ». Joseph, atteste au contraire de la primauté absolue de la Loi (halakha). Comme Juda, R. Leiner propose une approche individualiste de la spiritualité.

Selon lui, Dieu reste absent pour la plupart des humains, qui ne sont jamais directement éclairés par Lui ; mais il est présent aussi, car la Torah et les rites restent un guide sûr pour vivre en ce monde-ci sans avoir à faire des choix. Ne plus ressentir le besoin de la Loi ne dispense donc pas de la nécessité de lui rester fidèle. Le risque est de se faire des illusions sur l’illumination dont on jouit.

L’assassinat de Rabbi Mordechai Joseph Eleazar de Radzyn, dernier descendant de Rabbi Leiner, bouleversa les juifs du Ghetto de Varsovie. R. Leiner n’a jamais soutenu que la malignité humaine est voulue par Dieu. Il enseigne qu’unir sa volonté propre à la Sienne et pressentir sa puissance au plus secret de soi constitue la voie d’une libération de ses illusions sur Lui, sur soi et sur le monde. C’est très différent.

      Coll. Les Carnets spirituels – 144 p – 2019 –  978-2-845-90299-2 – 14 €

La folle de la porte à côté

La pazza della porta accanto

Traduit de l’italien par Monique Baccelli – Préface de Gérard Pfister

Alda Merini (1931-2009) est l’une des écrivaines italiennes les plus singulières et les plus aimées. Son œuvre de prosatrice et de poète est immense. Son destin de marginale et de rebelle a autant suscité le scandale que la sympathie.

La folle de la porte à côté est l’un de ses livres les plus représentatifs. Mêlant fiction, souvenirs et réflexions, c’est un récit extravagant où la Merini expose en toute candeur – et malice – sa vie désordonnée.

Cette « Folle de la porte à côté » dont nous parle l’auteur, qui est-ce ? « Pour moi, dit Alda Merini, c’est ma voisine. Pour elle, la folle c’est moi, comme pour tous les habitants du Naviglio [son quartier à Milan] et de mon immeuble. »

Alda Merini a vécu toute sa vie avec la folie, « une sereine vie commune avec la folie », dit-elle. « La folie est l’une des choses les plus sacrées qui existent sur terre. C’est un parcours de douleur purificateur, une souffrance comme quintessence de la logique. » Toute sa vie, Alda Merini a vécu dans la marginalité et l’indigence. Assumant une sexualité débridée, mère de quatre filles dont elle ne s’est pas occupée, vivant dans la rue et les cafés autant que chez elle, elle a tiré de cette vie une œuvre unique, inouïe qui lui a valu sur le tard l’admiration et l’affection de tous les Italiens.

Clocharde géniale, innocente provocatrice, elle livre dans cette Folle de la porte à côté une auto-biographie fantasmée et lucide, follement roma-nesque et, en dépit de tout, profondément joyeuse.

« Titano s’y connaissait en femmes et il disait partout que j’avais une peau sobre et veloutée. En fait c’était vrai. L’hibernation hospitalière avait maintenu en vie certaines veinules légèrement diaphanes, à peine esquissées. » Il y a dans tout ce qu’écrit Alda Merini une spontanéité qui saisit le lecteur par une sorte d’évidence et d’étrangeté.

Le long entretien qui suit La folle de la porte à côté permet de comprendre la personnalité complexe et attachante de cette femme délirante et hyperlucide.

La traductrice de ce texte dérangeant et truculent, Monique Baccelli a traduit les plus grands écrivains italiens, d’Italo Svevo à Cristina Campo.

Coll. Les Vies imaginaires – 2020 – 16 euros – ISBN 978-2-845-90317-3

Passage des embellies

suivi de Thanks – en couverture image de Marie Alloy

Jean-Pierre Vidal est un écrivain rare et exigeant qui n’a publié en 30 ans que cinq livres, essentiellement en prose :  Feu d’épines (1993), La Fin de l’attente (1995), Du corps à la ligne (2000), Vie sans origine (2003) et Exercice de l’adieu (2018). C’est la première fois qu’il est publié aux Éditions  Arfuyen. Ce sixième ouvrage, où se mêlent esquisses autobiographiques, contemplations de la nature et méditations sur l’art, est marqué par le même ton unique, de toute son œuvre fait de pudeur et d’ironie.

Jean Pierre Vidal est l’un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre de Philippe Jaccottet à qui il a consacré un livre (Philippe Jaccottet, 1989) et dont il a édité pour Gallimard deux ensembles de textes : Une transaction secrète (1987) et Écrits pour papier journal (1994). Jean Pierre Vidal prépare avec sa compagne  Marie Alloy un ouvrage de la collection Ainsi parlait qui paraîtra à l’automne de  l’an prochain.

« Devant cette centaine de cartes à jouer, cartes déjà jouées et remises en jeu sur la table de l’écriture, figures de la vie passante plus que passée, le vertige me prend. » Aucune écriture plus intime que celle-ci, et cependant si finement passée au tamis de la mémoire et de l’écriture que les souvenirs en sont métamorphosés. L’art est aussi présent que la vie, la fiction aussi vraie que la confidence. Les proses se répondent, s’annulent, créant comme un vertige. Cartes à jouer, mais de quel jeu s’agit-il où le lecteur se perd, où l’auteur sans cesse s’absente. Restent les images, les reflets, le temps : « Vivre au présent les merveilles du passé donné et les transmettre à l’avenir qui n’appartient à personne, c’est cela écrire. »

Constitué de courtes proses, Passage des embellies est construit en 7 parties : « Cartes à jouer » ; « Enfances » ; « La beauté du parcours » ; « Mer et désert » ; « Élans, interruptions » ; « Cinq poètes » et « Chant bibliques ». Ils déterminent un vaste espace de contemplation qui va de la peinture (Hugo van der Goes, Piero della Francesca, Vermeer, Morandi…) à la littérature (Simone Weil, Paul de Roux, Jules Supervielle…) en passant par le cinéma.

La suite intitulée Thanks comprend 23 poèmes. Citons les vers reproduits en 4e de couverture : « Qui fut aimé par la lumière / garde en lui / au plus profond de son ombre / s’il consent à ces ténèbres / garde en lui / préservée par l’ombre même / l’amande de la lumière une »

♦♦♦ Lire l’article de Patrick Corneau

Coll. Les Cahiers d'Arfuyen – 2020 – 13 euros – ISBN 2-978-845-90301-2

Un printemps à Hongo

Traduit du japonais par Alain Gouvret – Préface de Paul Decottignies

PRIX CLARENS DU JOURNAL INTIME 2020

Les Éditions Arfuyen ont commencé de publier Takuboku dès 1979. Après de nombreuses rééditions, trois volumes de poésie bilingues sont à leur catalogue : Ceux que l’on oublie difficilement précédé de Fumées (2017), Le Jouet triste (2016) et L’Amour de moi (2003). Depuis longtemps en projet, voici, grâce à Alain Gouvret et William English, la traduction d’un texte en prose essentiel : le fameux « Journal en romaji » tenu par Takuboku en 1909.

Poète de la jeunesse et de la révolte, Takuboku a une tonalité unique dans la littérature japonaise, faite de liberté, de crudité et d’une déconcertante innocence. Mort à 26 ans, Takuboku est considéré comme le Rimbaud japonais. Véritable mythe dans son pays, il est le personnage principal d’un célèbre manga de Jiro Taniguchi.

De juin 1907 à avril 1908, Takuboku a vécu dans les brumes d’Hokkaïdo, la grande île du nord, les pires moments de sa vie. Malade et sans le sou, il décide cependant d’aller accomplir à Tokyo son destin littéraire. Ce n’est qu’en mars 1909 qu’il trouve enfin un poste de correcteur au grand quotidien Asahi.

Le 7 avril 1909, il commence l’écriture du « Journal en caractères latins », texte unique dans l’histoire de la littérature japonaise. Marqué par ses échecs, le jeune homme de 23 ans joue son va-tout. Pour briser le vieux moule de la littérature japonaise et se permettre de tout dire, il tente une expérience singulière : substituer aux caractères japonais les caractères latins. C’est une totale libération.

Ses besoins sexuels, ses sautes d’humeurs, ses lâchetés, ses contradictions, il les aborde en entomologiste, comme s’il s’agissait d’un autre : « Je suis une personne née individualiste. Le temps passé avec d’autres me semble toujours vide, sauf quand on le passe à se battre » (11 avril). Même terrible lucidité dans son regard sur la société : « Le système matrimonial actuel – tous les systèmes sociaux – pleins d’absurdités ! Pourquoi devrais-je être enchaîné à cause de mes parents, de ma femme, de mon enfant ? Pourquoi mes parents, ma femme, mon enfant devraient-ils être sacrifiés pour moi ? » (15 avril).

La voix de ce Journal est la même que celle de ses plus beaux tankas, immédiatement reconnaissable dans son immense compassion et sa profonde autodérision. Ce Journal si étrange, si difficile à traduire, le voici enfin disponible au public francophone.

♦♦♦ Lire l’article de Kevin Dio (Comaujapon)

Coll. Les Vies imaginaires – 2020 – 16 euros – ISBN 978-2-845-90304-3

Ainsi parlait André Suarès

Textes choisis et présentés par Antoine de Rosny

André Suarès est l’une des figures majeures de la littérature française du XXe siècle. Au même rang que les Claudel, Gide ou Valéry. Il a exercé une forte influence sur des écrivains comme Malraux, Blanchot ou Bonnefoy,

Son œuvre est très vaste et d’une écriture admirablement ciselée. D’une famille juive d’ascendance portugaise, il est profondément cosmopolite et particulièrement attentif à tous les risques de dérives totalitaires et antisémites. Profond analyste des hommes, ses fulgurantes intuitions en font un prophète des temps à venir.

Antoine de Rosny est l’un des meilleurs spécialistes actuels de l’œuvre de Suarès. Il a publié récemment La Culture classique d’André Suarès (Garnier, 2019) et Vues sur l’antiquité (Champion, 2020).

Suarès est l’égal des plus grands, mais qui connaît son œuvre hormis les lettrés ? Déjà Gide s’étonnait que cette œuvre, si vaste et si puissante, soit si peu lue : « Nos arrière-neveux s’étonneront du silence que notre époque a su garder ou faire autour de Suarès. » Mais Malraux le proclamait hautement : « Pour nous, au lendemain de la guerre, les trois grands écrivains français, c’étaient Claudel, Gide et Suarès. »

L’œuvre de Suarès, il faut le rappeler, est considérable : plus de 100 ouvrages, d’innombrables articles de revue, une monumentale correspondance avec les plus grands écrivains. Ses carnets inédits, conservés à la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet, ne comptent pas moins de vingt mille pages.

Suarès, c’est, dès le premier abord, un style étincelant. Son écriture est incisive, dense, élégante, à l’image du latin des meilleurs auteurs ou du français d’un Pascal ou La Rochefoucauld. Musicien dans l’âme, amateur passionné de peinture et d’architecture italienne, il applique à sa prose une même exigence de clarté et d’harmonie.

Mais c’est aussi et surtout une pensée d’une lucidité et d’une liberté incomparables. En cela digne descendant de Montaigne. Face aux tentations totalitaires, il ne transige jamais. Contre les vastes empires, il exalte le rayonnement des petites nations comme Athènes, Florence ou la France.

Suarès ? Une sorte de Zweig français, excellant dans les portraits, les réflexions, les voyages – mais pétri de la lumière et des parfums de la Méditerranée.

Coll. Ainsi parlait – 176 p. – 2020 – 14 euros – ISBN 978-2-845-90303-6

La Petite Chambre qui donnait sur la potence

Katz

Traduit de l’allemand par Jean-Louis Spieser. Préfaces de Yolande Siebert et Jean-Paul Sorg

C’est en juin 1915 que Nathan Katz est interné au camp de prisonniers de Nijni-Novgorod. Comme Etty Hillesum au camp de Westerbork, il écrit ce qu’il voit. Les paysages grandioses de la plaine russe en hiver. Mais aussi, sous forme de courtes nouvelles, des portraits : un camarade de détention, une infirmière…

Cela aurait pu n’être que le témoignage d’un soldat prisonnier de guerre en Russie de juin 1915 à août 1916. Mais c’est le premier livre de Nathan Katz et il préfigure déjà toute son œuvre. Autodidacte passionné de littérature, jeté dans la guerre et blessé à 21 ans, il passe tout le temps de sa captivité à une seule chose : travailler sur lui-même. Et ce travail est avant tout, comme le proclame le sous-titre du livre, Un combat pour la joie de vivre : « J’aimerais bien savoir, écrit-il, qui pourrait m’interdire de me sentir libre ici, dans un camp de prisonniers, entouré de hauts murs certes, mais où le soleil brille dans la cour.» Ne croirait-on pas lire le journal d’Etty Hillesum au camp de Westerbork ?

Écrit en langue allemande (l’Alsace était annexé au Reich depuis la défaite de 1870), Das Galgenstüblein raconte le devenir d’une conscience qui, jetée dans la mêlée d’une guerre, parvient à se former et à se dépasser en se hissant à l’universel. « Ce n’est sans doute pas un chef d’œuvre littéraire, écrit Jean-Paul Sorg dans sa préface. C’est mieux que cela ! C’est une confession singulière, à nulle autre pareille, qui prend place doucement – à pas de colombe – dans le champ de la littérature spirituelle mondiale, cent ans après sa première édition. »

Arfuyen a publié la quasi-totalité de l’œuvre de Katz, découverte grâce à Guillevic, et récemment encore Annele Balthasar, Prix Nathan Katz 2018. Le présent ouvrage, écrit en allemand est le premier livre écrit par Nathan Katz. C’est aussi un précieux document sur les camps de prisonniers en Russie durant la Grande Guerre.

Ayant vraiment commencé d’écrire en français en 1945, l’Alsace, région riche et centrale de l’Europe, possède une littérature de premier plan en langues allemande et alémanique. Compte tenu des événements de 1940-1945, ce patrimoine n’a pas réédité en langue originale ni traduit en français.

Issu de la communauté juive du sud de l’Alsace, Katz est l’un des plus grands auteurs de l’Alsace au xxe s. par l’universalité de ses thèmes et le rayonnement spirituel de sa personnalité.

♦♦♦ Voir l’article de Patrick Corneau 

Coll. Les Vies Imaginaires – 168 p. – 2020 – ISBN 978-2-845-90297-8 – 16 €

De l’improbable

Bancquart

suivi de MO(R)T

C’est Marie-Claire Bancquart elle-même qui a voulu ce livre ultime qui regroupe deux textes inédits : MO(R)T, écrit en 2010 sous une forme très singulière dans son œuvre, et De l’improbable, le dernier texte qu’elle a pu elle-même relire. Elle a demandé à son élève et amie Aude Préta-de Beaufort d’y ajouter une courte postface.

Citons-en ici le premier poème, d’une discrétion tout ironique : « Attendant les paroles de la maladie // que signifie cette main / agrippée // on ne sait trop si c’est à la mort / ou à la vie? » Et cet autre, le tout dernier, déchirant de douceur : « Laissez moi seule / avec l’oiseau / qui m’apporte / ce que vous savez ».

L’une des voix féminines majeures de la poésie francophone contemporaine, Marie-Claire Bancquart est décédée à Paris le 19 février 2019 et ses cendres ont été dispersées au Père Lachaise. Comme son écriture était dépourvue de toute ostentation, elle a voulu que son départ soit également sans artifice.

Le mois précédent son œuvre était entrée dans la collection Poésie-Gallimard avec une anthologie intitulée Terre énergumène. En juin 2016 avait paru aux Éditions Arfuyen son dernier recueil au titre testamentaire : Tracé du vivant.

Chez Marie-Claire Bancquart, l’expérience de la souffrance est fondatrice. C’est celle d’un corps qui depuis l’enfance l’a tenue recluse et empêchée. De cinq à neuf ans, elle a vécu enfermée dans un hôpital, le corps plâtré de la poitrine au pied gauche et au genou droit. Aucune plainte cependant chez Marie-Claire Bancquart, aucune condamnation de la vie, mais au contraire une tension permanente pour échapper au désespoir et reconnaître dans les choses les plus simples une fraternité de destin.

Une écriture dédaigneuse de toute facilité lyrique, de toute pose philosophique, mais soucieuse avant tout de la plus grande justesse dans une présence au monde ressentie comme terriblement précaire et démunie.

♦♦♦ Voir l’article de Marc Wetzel 

Coll. Les Cahiers d'Arfuyen – 104 pages – ISBN 978-2-845-90291-6 – 11 €

Ainsi parlait Charles Péguy

AP 24 Péguy

Textes choisis et présentés par Paul Decottignies

 

Péguy le mécontemporain (Alain Finkielkraut, 1991),  Péguy l’insurgé (Jean Bastaire, 1975), Péguy l’inchrétien (id., 1991), « Péguy philosophe » (Emmanuel Mounier, 1930) : autant d’essais sur Péguy, autant de visages différents. Péguy l’inclassable, assurément  (Géraldi Leroy, 2014). Toujours actuel et éclairant à travers les changements de notre société !

Les Cahiers de la Quinzaine restent le modèle indépassable d’une grande revue d’idées : « Je révèle ici un secret de ma gérance, écrivait Péguy : tous les cahiers sont faits pour mécontenter un tiers au moins de la clientèle. Mécontenter, c’est-à-dire heurter, remuer, faire travailler. »

Paul Decottignies nous donne accès à l’ensemble d’une œuvre très vaste et variée, souvent invoquée mais mal connue.  Il nous révèle un esprit visionnaire et un maître de liberté, mais aussi un écrivain brillant autant qu’insolent.

« Pour la première fois dans l’histoire du monde l’argent est le maître du curé comme il est le maître du philosophe. […] Et il est le maître de l’État comme il est le maître de l’école. Et il est le maître du public comme il est le maître du privé. » À l’aube du XXe siècle, quel philosophe, quel écrivain a mieux senti que Péguy ce qui allait se jouer ?

Et sur lui pourtant que d’idées fausses ! Péguy le catholique : mais il se maria civilement, ne fit pas baptiser ses enfants et la presse catholique l’avait en horreur !  Péguy le conservateur : mais il fut socialiste toute sa vie, et avec quelle ardeur ! Péguy l’intellectuel : mais, resté profondément provincial,  il vomissait l’intelligentsia parisienne. À qui le comparer sinon à un Pasolini, pétri lui aussi de paradoxes, poly-graphe et militant, scandaleux et assoiffé de vérité !

« Un petit homme brusque et pressé, toujours pressé […], le regard tendu de bas en haut, comme un taureau […], le souffle court et le parler égal, pressé et saccadé […]. C’était un homme à congestions. » C’est ainsi que le décrit Romain Rolland. La vie de Péguy semble faite tout entière d’étapes successives et contra-dictoires : « L’homme qui veut demeurer fidèle à la vérité doit se faire incessamment infidèle à toutes les inces-santes, successives, infatigables renaissantes erreurs. »

Découvrir Péguy dans sa profonde fidélité comme dans ses impatiences, tel est l’objet de cet Ainsi parlait Péguy. Nul auteur pour lequel l’approche originale de cette collection se révèle aussi efficace. Faire découvrir « Péguy l’hérétique » (titre de sa préface), telle est ici la réussite de Paul Decottignies.

      Coll. Ainsi parlait – 176 p. – 2020 – ISBN 978-2-845-90296-1

 

Goûter Dieu

CS 106 Traherne

Select Meditations

Textes choisis, traduits de l’anglais et présentés par Magali Jullien

Thomas Traherne (1637-1674) est avec Donne, Herbert, Vaughan et Marvell l’un des cinq grands Metaphysical poets anglais. Mort à 37 ans, il a choisi de vivre à l’écart du monde littéraire et en étroit contact avec la nature. Son œuvre a une saveur contemplative unique dans la littérature occidentale.

Traherne n’a publié qu’un seul livre de son vivant. Plusieurs de ses manuscrits ont été découverts chez un bouquiniste en 1897 et des découvertes majeures continuent aujourd’hui. Les Éditions Arfuyen ont révélé au public français le chef-d’œuvre que sont Les Centuries (2012), traduites par Magali Jullien.  Écrivain majeur, Traherne est vénéré comme saint par l’Église anglicane. Sa vision cosmique et jubilatoire évoque souvent les spiritualités de l’Inde, loin de tout ascétisme culpabilisant.

Découvertes et publiées seulement en 1997, les Select Meditations ont été écrites avant les Centuries et sur une longue période, sans doute de 1664 à 1667. Tout autant que la beauté de leur écriture, ce qui frappe dans ces textes, c’est la force de l’expérience qui les inspire. En bien des pages, ils témoignent d’un détachement et d’une lucidité qui évoquent l’Advaïta Vedanta : « Dans mes plus Intimes Retraites, certaines années, c’était comme si Personne d’autre que moi n’avait été dans le monde. Tous les Cieux étaient à moi, rien qu’à moi. Et je n’avais rien à faire d’autre qu’à cheminer avec Dieu, comme s’il n’y avait personne d’autre que Lui et Moi. Quand je vins parmi les hommes, je découvris qu’ils étaient des Trésors Surnuméraires. Et Seul je Demeure : le Goûteur de tout. » 

C’est une vision du monde dynamique et étonnamment moderne que Traherne nous apporte : « C’est nous qui sommes de nature Successive, l’Éternité ne l’est pas. Nous dépassons les arbres lors d’une promenade Bien qu’eux-Mêmes se tiennent immobiles. Les moments se Tiennent là, nous nous déplaçons, nous les dépassons et nous nous écrions que le Temps s’enfuit. […] Mais il ne peut se déplacer ni même Bouger. Quelle infinie liberté dans Son Royaume ! »

Toujours sa méditation de Traherne débouche sur l’émerveillement et la gratitude d’être un témoin de cette Vie et de pouvoir y participer.

♦♦♦   Lire l’article de Marc Wetzel 

Coll. Les Carnets spirituels – 240 p – 2020 –  ISBN 978-2-845-90294-7 – 17 €