Goûter Dieu

CS 106 Traherne

Select Meditations

Textes choisis, traduits de l’anglais et présentés par Magali Jullien

Thomas Traherne (1637-1674) est avec Donne, Herbert, Vaughan et Marvell l’un des cinq grands Metaphysical poets anglais. Mort à 37 ans, il a choisi de vivre à l’écart du monde littéraire et en étroit contact avec la nature. Son œuvre a une saveur contemplative unique dans la littérature occidentale.

Traherne n’a publié qu’un seul livre de son vivant. Plusieurs de ses manuscrits ont été découverts chez un bouquiniste en 1897 et des découvertes majeures continuent aujourd’hui. Les Éditions Arfuyen ont révélé au public français le chef-d’œuvre que sont Les Centuries (2012), traduites par Magali Jullien.  Écrivain majeur, Traherne est vénéré comme saint par l’Église anglicane. Sa vision cosmique et jubilatoire évoque souvent les spiritualités de l’Inde, loin de tout ascétisme culpabilisant.

Découvertes et publiées seulement en 1997, les Select Meditations ont été écrites avant les Centuries et sur une longue période, sans doute de 1664 à 1667. Tout autant que la beauté de leur écriture, ce qui frappe dans ces textes, c’est la force de l’expérience qui les inspire. En bien des pages, ils témoignent d’un détachement et d’une lucidité qui évoquent l’Advaïta Vedanta : « Dans mes plus Intimes Retraites, certaines années, c’était comme si Personne d’autre que moi n’avait été dans le monde. Tous les Cieux étaient à moi, rien qu’à moi. Et je n’avais rien à faire d’autre qu’à cheminer avec Dieu, comme s’il n’y avait personne d’autre que Lui et Moi. Quand je vins parmi les hommes, je découvris qu’ils étaient des Trésors Surnuméraires. Et Seul je Demeure : le Goûteur de tout. » 

C’est une vision du monde dynamique et étonnamment moderne que Traherne nous apporte : « C’est nous qui sommes de nature Successive, l’Éternité ne l’est pas. Nous dépassons les arbres lors d’une promenade Bien qu’eux-Mêmes se tiennent immobiles. Les moments se Tiennent là, nous nous déplaçons, nous les dépassons et nous nous écrions que le Temps s’enfuit. […] Mais il ne peut se déplacer ni même Bouger. Quelle infinie liberté dans Son Royaume ! »

Toujours sa méditation de Traherne débouche sur l’émerveillement et la gratitude d’être un témoin de cette Vie et de pouvoir y participer.